Use your widget sidebars in the admin Design tab to change this little blurb here. Add the text widget to the Blurb Sidebar!

Quand Ouest-France accuse les Anti-THT sans preuve…

Posted: février 2nd, 2016 | Author: | Filed under: Sous les lignes | Commentaires fermés sur Quand Ouest-France accuse les Anti-THT sans preuve…

Après la publication de la photo de la semaine du 10 octobre dans Ouest-France sur Déchetterie-sous-Pylône, les réactions commencent à faire des petits. Avaient déjà été publiés ici un article d’anti-THT le 16 décembre 2015 qui avait suivi une demande de publication dans Ouest-France d’un courrier non suivie des faits. Depuis, le professeur PresseTorchon a remarqué des banderoles bien en vue sur le pylône ayant fait l’objet de la photo de la semaine. Son reportage :

PhotoO-F-2015oct1010 octobre 2015, Ouest-France découvre quelques années après les faits, un tas d’immondices au pied du Pylône de la pâture à Montabot et accuse les Anti-THT dans son « Image de la semaine ».

photo1N’ayant pu obtenir de droit de réponse, c’est avec un certain sens de l’humour que des Anti-THT se sont exprimés : deux banderoles dénonçant les calomnies du journal ornent dorénavant ce pylône qui n’a, par ailleurs, été « occupé » que par les vigiles de RTE.

photo2

En arrière-plan, les deux pylônes des Mares où l’on peut apercevoir des traces… de branchages.

A côté, les restes du bois de la Bévinière que les Anti-THT protégeaient contre les tronçonneuses de RTE.

Ouest-France semble s’être emmêlé les fils… dans les pylônes et les ordures.

photo3

photo5

Enfin une signalisation claire : matelas, four, évier… se sont volatilisés ; il ne reste plus qu’à enlever les pylônes et les câbles.

photo4Mais vendredi 23 janvier, ce sont les banderoles qui se sont volatilisées. Par contre, le pylône est toujours là comme les traces de pneus laissées par un tracteur ou engin.

photo6

Qui ne supportait pas ces messages ? Petits pollueurs frustrés qu’on les prive de leur décharge, journaleux le nez dans leur merde, RTE le gros pollueur de nos campagnes… ?

Qui a grimpé pour les enlever ? Les propriétaires collaborateurs, RTE, la gendarmerie… ?

Peut-être que de bons journalistes nous apporteront des réponses ?
En attendant, n’hésitons pas à faire circuler !

Professeur Pressetorchon