Use your widget sidebars in the admin Design tab to change this little blurb here. Add the text widget to the Blurb Sidebar!

HAUTES ALPES, samedi 31 janvier 2015 – Soirée THT : La tension monte !

Posted: janvier 26th, 2015 | Author: | Filed under: Assemblée, Infotour, Sous les lignes, Textes en français | No Comments »

CHATEAUROUX LES ALPES
salle des fêtes – 17h30

Dans la continuité de la manifestation du 13 décembre 2014 contre la THT, le nucléaire et son monde qui s’est déroulé à Embrun (05) dans la vallée de la Haute Durance, des Collectifs de la vallée en lutte et les Rions de Soleil invitent à  une

ASSEMBLÉE DE VALLÉE

afin de réunir les différents collectif locaux, se coordonner,  échanger et agir, imaginer les suites de la lutte,  etc.

L’assemblée sera précédée de la projection de THT : Remballe Ton Elek!, film de la lutte contre la ligne THT Cotentin-Maine (de la Manche à la Mayenne), et sera suivi d’un concert à suivre en dégustant des pizzas.

Pour plus d’information : notht05 arobase riseup point net

 

 

affich31blight


24 juin 2014 : Soirée projection-débat sur la lutte de Bure

Posted: juin 21st, 2014 | Author: | Filed under: À la Grange de Montabot, Infotour, Textes en français | No Comments »

INFOTOUR CONTRE LA POUBELLE NUCLÉAIRE DE BURE

19h à la Grange de Montabot, La Bossardière
à gauche sur la route Percy-Montabot, 1 km après le gros pylône

infotour24juin

 

Du 20 juin au 4 juillet 2014, une marche des convergences part de Flamanville (centrale nucléaire où se construit un EPR) à la ZAD de Notre-Dame des Landes où se construisent d’autres mondes en lieu et place d’un aéroport.

 

Le 24 juin 2014, cette marche fera étape à Montabot/Le Chefresne. Ce sera l’occasion de mettre la convergence de luttes en pratique avec une soirée projection-débat à propos des résistances à l’enfouissement des déchets nucléaires et de celles à la mise en oeuvre du projet CIGEO à Bure (55) en particulier.

Projection du film « Le Riche Laboureur« 

L’industrie nucléaire cherche à se débarrasser de ses déchets radioactifs et s’intéresse pour cela aux zones rurales les plus en difficultés économique et sociale. Face à la gestion technocratique de la carte de France, qu’est-ce que des habitants de ces campagnes ont à faire valoir concernant le choix de leur cadre de vie, la revitalisation de leur territoire et des enjeux nationaux majeurs ? C’est ce à quoi ce film s’intéresse, d’Avricourt en Moselle à Bure dans la Meuse.

Petit aperçu du film.

Cette projection aura lieu en présence de copains de la maison de la résistance de Bure dans le cadre de l’infotour sur la lutte contre le projet industriel CIGEO d’enfouissement des déchets nucléaires.

Les discussions porteront sur la lutte du côté de Bure, la campagne Bure 365, comment lutter ici contre ce projet, etc.

Repas : cantine à prix libre

Contact : montabot arobase riseup point net / zéro6 51 67 94 44


11 avril 2014 : Soirée ciné-débat à Flers de l’Orne (61)

Posted: avril 7th, 2014 | Author: | Filed under: Infotour | No Comments »

Contre CIGEO, le nucléaire et ses déchets.

B365pochoir-720x1024Dans le cadre de l’information de la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure dénommé CIGEO, une soirée projection-débat aura lieu le vendredi 11 avril 2014 au cinéma « Les 4 Vikings » à Flers de l’Orne.

« Le riche laboureur » sera diffusé en présence du réalisateur.

Ce film traite de la lutte gagnée contre la décharge de déchets radioactifs à faible activité et à vie longue (FAVL) en Lorraine et de celle en cours a Bure. Il y traite, entre autres, le rapport à la ruralité et au développement.

Petit aperçu du film :220x123-5Sq

11 avril 2014 à 20h15 à FLERS (61)

Projection-débat en présence du réalisateur
Le Riche Laboureur

Cinéma « Les 4 Vikings », 17 rue Abbé Lecornu

L’industrie nucléaire cherche à se débarrasser de ses déchets radioactifs et s’intéresse pour cela aux zones rurales les plus en difficultés économique et sociale. Face à la gestion technocratique de la carte de France, qu’est-ce que des habitants de ces campagnes ont à faire valoir concernant le choix de leur cadre de vie, la revitalisation de leur territoire et des enjeux nationaux majeurs ? C’est ce à quoi ce film s’intéresse, d’Avricourt en Moselle à Bure dans la Meuse.


Du sud au nord, de la Catalogne à la Belgique : « THT, Remballe Ton Eleck ! »

Posted: janvier 16th, 2014 | Author: | Filed under: Infotour, Textes en français | No Comments »

 Dimanche 19 janvier 2014 à Gérone (Catalogne)

Gerona19jan2014Projection du docu “THT : Remballe Ton Elec”

* Présentation croisée des luttes antiTHT en France et en Catalogne.
* Analyses et réflexions sur la lutte dans le Cotentin.
* Débat
* Soirée pizza végétalienne à partir de 20h avec l’Assaco Pïzetti.

18h au squat Can Rusk,
c/comerç del barri del Pont Major, Xirona/Girona/Gérone

———————-

Vendredi 31 janvier 2014 à Liège (Belgique)GalaAntinukLiege

Gala de soutien Anti-NuKléaire

* 17h30 : RDV place St Léonard pour une Masse critique (manif en vélo ou autres véhicules à roulettes non motorisés), départ à 18h
* 19h : Bouffe, projection et soirée musicale au CSOA Passe-Partout

Le gala commencera par une manif en vélo (Masse critique) avec un RDV place st Léonard à 17h30 départ pour un départ 18H.

Bouffe au Resto populaire du CSOA Passepartout (possible de venir aider à la préparation de la bouffe dès 14h).

Projection de films sur la lutte anti-THT dans le cotentin (France) et sur la lutte contre la MAT en Espagne. Docus réalisé entre 2010 et 2013.

La projection sera suivi d’un concert de l’oeil collectif, une ritournelle de musicien jazz ; et pour bien finir : quelques DJ bien pensants.

Les bénéfices du bar vont à la lutte anti-THT.

Ramène ton Uranium pour l’élec de la soirée (contribution libre) et ta tour de refroidissement, au cas où il ferait chaud.

CSOA Passe partout, rue Hocheporte 8 (quartier sainte Margueritte), Liège

info_csoa arobase blablaxpress.org


17 septembre 2013 – Soirée projection / discussion à Angers

Posted: septembre 8th, 2013 | Author: | Filed under: Infotour, Textes en français | No Comments »

soirée angers 170913.cleanedAffiche à télécharger pour impression                        Tract à télécharger pour impression

Prendre un peu de distance, partager le récit de nos aventures rocambolesques entre déboulonnages publics de pylônes THT, virées nocturnes en compagnie vigilesque, paperasses de tribunaux et autres cours d’appel, assemblées générales horizontales, gestion des massmedias et travail d’automedia, blocages de chantiers, occupations de bois et de château d’eau, débats interminables sur les modes d’action et la violence.
Mais encore, entendre d’autres histoires, celles aux abords de chantiers d’autoroutes ou lignes à grande vitesse, de centres d’enfouissement de déchets radioactifs, de lignes THT, de gaz de couche ou de schistes, et bien d’autres…

Ce n’est pas l’achèvement de la ligne THT Cotentin-Maine, ni la répression qui l’accompagne (comme avec le procès de ce 19 septembre 2013 à Angers), qui ont entamé notre détermination et
notre désir de continuer. Au contraire, car nous pensons que les liens tissés ici et là constituent notre force. En nous organisant ensemble, au-delà des frontières administratives et thématiques, et de nos divergences politiques, nous pouvons non seulement gagner quelque chose mais aussi tisser des amitiés et des solidarités pour pouvoir mieux en faire baver à celleux d’en face, voire y prendre un certain plaisir.


Infotour anti THT – Carnet de voyage – Semaine 3

Posted: juin 14th, 2013 | Author: | Filed under: Infotour, Textes en français | No Comments »

Florilège de récits, images, réflexions, reccueillis au fil des rencontres, de Nancy à Lille

 

 

Nancy

 

A Nancy, nous sommes accueilli.e.s au CCAN, Centre culturel autogéré, qui brasse divers individu.e.s et collectifs, du féminisme aux antifas, en passant par la décroissance et la question de la précarité. Un programme chargé de discussions, ateliers, projections, concerts, et un bar bien sympathique où l’on peut déguster des sirops faits maison. Ici les mouvements d’extrême droite occupent les esprits, encore plus fortement depuis le meurtre de Clément Méric à Paris, et une manifestation antifa à Nancy perturbée par les forces de l’ordre il y a deux jours. La volonté de les contrer est plus forte que jamais.

On parle également beaucoup de Bure, de la détermination à suivre de près le pseudo « débat public » de la CNDP, de l’enthousiasme suscité par le premier blocage du 23 mai et l’envie de continuer sur la lancée.

http://ccan.herbesfolles.org/

 

Reims

IMG_0126.cleaned

le 14 juin 2013, au Squat l’Ecluse.

Enfin reposées.és ! Avec quelques jours de pause à Bure, à la Maison de la Résistance (à la grosse poubelle nucléaire, pour les puristes), ça nous a fait du bien de pouvoir se reposer un peu, de pouvoir dormir dans le même lit plusieurs soirs de suite.

On arrive à Reims avec la patate, d’autant que pour quelqu’un.e.s d’entre nous cette soirée là est attendue depuis longtemps. Nous nous rendons à l’Ecluse, un squat au bord du canal. Une chouette baraque de deux étages avec une bibliothèque, un bar, une salle de réunion, un freeshop, et surtout un grand potager qui est une bonne source d’émerveillement pour certain.e.s d’entre nous.

Après un repas bien sympa, on entame la projection des films puis les discussions. C’est une soirée très intense, de nombreuses questions nous sont posées sur la lutte sur nos postures, sur nos ressentis par rapport à celle-ci. On parle aussi assez longuement de la lutte contre la construction de la centrale de Chooz B dans les Ardennes dans les années 1970-1980. La discussion part sur les rapports entre « locaux », « riverains », et « extérieurs », sur les modes d’organisation, sur la répression qui a frappé nos mouvements antinucléaires et sur l’évolution de celle-ci au fil du temps.

Mais on parle aussi de perspectives, de Bure et de l’importance de résister à ce projet.

lecluse.cleanedLa soirée se finit autour de quelques bières, en informel. Tout le monde paraît très content.e de la discussion qui a eu lieu. Le « à bientôt » qu’on se lance au moment du départ est chargé de sincérité. C’est reparti, direction Lille. La dernière, la plus grosse et peut-être une des plus importantes étapes. En tout cas la faim de frites et de welch de toutes.s (alimentée dès le départ certainEs personnes) va enfin pouvoir être comblée !

http://ecluse-reims.org/

 

 

Lille

fpini_Novissen.cleaned

Nous voici au terme de notre périple, là où on renoue avec la thématique de la THT, car RTE prévoit entre Lille et Arras, une nouvelle ligne 400.000 volts d’ici à 2018. La THT, mais pas que, car les gens ici ont décidé de profiter de notre passage pour évoquer aussi des projets d’incinérateurs, de nanotechnologies, de fermes-usines de 1000 vaches. Des individu.e.s ainsi qu’une dizaine de collectifs et associations ont donc convergé pour deux journées bien chargées : manif, projection de Remballe ton eleck!, forum, débats, concerts. A la fin de la manif, nous tombons nez à nez avec un facho arborant fièrement sa croix celtique, se faisant photographier par sa copine devant un rutilant camion de pompiers. Stupeur, colère. On ne s’est pas préparé.e.s à réagir collectivement à une chose pareille. En filagrane de l’infotour, le sentiment de la montée du fascisme. Le samedi soir, nous nous retrouvons à Lille, au Centre Culturel Libertaire, installé rue de Colmar depuis 10 ans, où, après la projection du film, les discussions tournent longtemps autour des questions sanitaires et des pratiques illégales de Rte, puis glissent peu à peu vers la question du réseau européen de marchandisation de l’électricité, des « technologies intelligentes », du système industriel.

 

Le lendemain, nous nous retrouvons à Leforest, en périphérie de Lille, où une dizaine d’associations se présentent tour à tour. « Hors-sol » nous parle de Euratechnologies, qui développe à Lille une carte de transport équipée de puces RFID, destinée à devenir une « carte de vie quotidienne », pour payer ses courses, aller à la piscine ou à la cantine scolaire, pour être surveillé.e.s partout. L’association Novissen qui lutte contre la plus grande ferme-usine de fRance, associée à un méthaniseur industriel, dans la Somme, près d’Abbeville, a fait la route pour nous parler de la condition animale et des risques sanitaires. Le collectif Houille-Ouille-Ouille se mobilise contre l’extraction des gaz de couche dans le bassin minier, et précise que seulement une poignée de sites en fRance sont concernés par l’interdiction temporaire d’extraction, qui peut sauter à tout moment. Si l’extraction est débloquée en Nord-Pas-de-Calais, ce sont tous les autres sites qui seront concernés. Les habitant.e.s de la région souffrent également de projets d’incinérateurs qui rejettent une pollution de dingue, à base de plusieuIMG_0145.cleanedrs centimètres de poussières noires dans les gouttières deux fois par an.

Après deux révolutions industrielles, la région au plus fort taux de cancers s’apprête à en vivre une nouvelle, et la mobilisation n’est semble-t-il pas à la hauteur des enjeux. Mais c’est sans compter sur la détermination des personnes présentes à Leforest dont certaines émettent la proposition de se réunir sur une problématique plus globale, de délaisser un peu son rôle de contre-expert dans son domaine pour aborder la lutte de manière transversale, s’unir pour réfléchir et agir partout plus nombreux.ses.

 

http://hors-sol.herbesfolles.org

http://www.novissen.com

 


Infotour anti THT – Carnet de voyage – Intermède britannique

Posted: juin 13th, 2013 | Author: | Filed under: Infotour, Textes en français | No Comments »

Florilège de récits, images, réflexions, reccueillis au fil des rencontres, à Bristol (GB)

La magie de l’ubiquité collective permet de passer par Bristol (GB) entre le Morvan et Nancy, sans se presser, ni utiliser ces outils de la société accélérée que sont TGV, autoroutes et autres avions.

GreekSolidECCPourtant, Bristol, C’est Rolls Royce et Brittish Aerospace (maintenant BAES) plus quelques autres entreprises de l’armement, au point que le ministère de la défense britannique y a installé son bureau des achats. C’est aussi Portishead et Massive Attack, Third Eye Foundation, Tricky et Robert Wyatt.

C’est encore (surtout ?) le quartier d’Easton où, d’une soirée de solidarité avec les squats grecs le 8 juin 2013 au Community Center, on passe à une soirée de l’infotour antiTHT le lendemain, à Kebele le cadre de l’habituelle “Sunday café night”.kebele_outside

A la projection, beaucoup de militant-e-s ou de sympatisant-e-s de South West Against Nuclear qui organisait la soirée, quelques habitué-e-s des lieux qui sont resté-e-s après le repas, quelques autres venu-e-s spécialement pour la projection.

Forcément, avec la proximité de la centrale d’Hinkley où deux nouveaux réacteurs de type EPR sont en instance d’être construits, la discussion a beaucoup porté :

Sur le nucléaire, l’EPR et les THT s’y rattachant, mais aussi sur le discours verdâtre (champs d’éolienne off-shore, centrales solaires du désert) que la lutte anti-THT permet de dénoncer.

Sur la difficuté de porter et de travailler avec une lutte antiTHT locale dont les principales revendications sont de cacher les pylônes (enfouissement), avec la proposition de le faire en suivant les chemins pédestres ou les pistes cyclables.

Sur la facilité à mettre un grain de sable dans la machine EDF en s’attaquant, quasiment sur ses conseils, aux pylônes de la THT pour s’opposer au nucléaire et au-delà, à la gabegie du toujours plus d’énergie.

Freedom-kebele

https://southwestagainstnuclear.wordpress.com/

http://www.kebelecoop.org

http://stophinkley.org/


Infotour anti THT – Carnet de voyage – Semaine 2

Posted: juin 12th, 2013 | Author: | Filed under: Infotour, Textes en français | No Comments »

Florilège de récits, images, réflexions, reccueillis au fil des rencontres, de Valence au Morvan

 

Voici quelques nouvelles au terme de notre deuxième semaine d’infotour, épuisant et riche en rencontres et en émotions.
L’occasion de remercier toutes les personnes qui nous accueillent à chaque étape, réussissent à rassembler pas mal de monde pour partager ce moment d’échange, que ce soit de réflexions politiques, de stratégie, d’inquiétudes et de rires, de complicité en train de naître. La motivation est au plus haut.

 

Valence

Grève des salariés

Grève des salariés

Ici dans la Drôme, le nucléaire se taille la part du lion. Au Laboratoire, repaire d’anarchistes de tout poil situé dans le centre-ville de Valence, on évoque la récente mobilisation dans l’usine Areva du Tricastin, où les pompiers et les salariés de la sécurité se mettent en grève en réponse aux restrictions de budget dans leur secteur, qui constituent une mise en danger du site et de la population. Après un blocage de plusieurs jours, la centrale est sur le point d’être fermée, et la CGT annonce la fin de la grève après l’obtention de quelques malheureux postes pour une durée de 18 mois.

On parle également de la centrale Georges Besse 2, qui est alimentée en électricité par une usine de biomasse, ce qui est très apprécié des écologistes.

Au bas des murs de la maison d’arrêt de la rue de Chabeuil

 

Un autre projet qui occupe ici à Valence, c’est le déménagement de l’actuel centre pénitentiaire situé rue de Chabeuil, pour permettre au maire de poursuivre la réalisation de sa Cité des sports et de la culture et éloigner des regards cette maison d’arrêt qui fait tache dans ce quartier peu à peu gagné par la gentrification valentinoise. On retrouve ici un partenariat public-privé puisque c’est le groupe Spie-Battignoles qui sera chargé de financer, concevoir, construire et entretenir pendant 25 ans cette nouvelle prison de 33.000 m² pouvant enfermer 456 détenu.e.s à partir de 2015-2016.

http://lelaboratoire.over-blog.com/

 

Grenoble

 

Après Valence, on reprend la route. Direction Grenoble, ville en tout cas réputée pour avoir porté une forte critique anti-industrielle, notamment sur la question des nanotechnologies, de Minatec. Grenoble, ça se sent, c’est un peu la ville qui tend à devenir l’idéal des villes futures à la mode Sciences et Vie Junior, high tech, automatisée, accessible, aménagée. Un peu un air du cauchemar qui vient…

DSCF5005.cleaned

On arrive enfin à se poser quelques heures chez quelqu’un.e de là-bas, ça fait du bien.
La soirée se déroule à Antigone, un lieu très atypique : un local acheté, chouettement aménagé. On y sent que beaucoup d’efforts ont été faits pour que tout.e visiteur.euse s’y sente bien.
En tout cas pour nous, c’est le grand luxe, et on peut s’affaler dans des gros canapés et des fauteuils bien confortables pour regarder le film (pour la 2674e fois) sur un écran géant. On se croirait au cinoche…

Dès le début de la soirée on sent l’hétérogénéité de l’assemblée, des gens du réseau Sortir du Nucléaire, du collectif de soutien à Notre-Dame-des-Landes, des syndicalistes, des gens de Décines, d’autres proches du No TAV… Il est même question du mouvement anti-nucléaire suisse qui a rencontré le même genre d’interrogations sur les problèmes d’ancrage local, de lutte hors-sol… On s’interroge sur la force des collectifs forgés au cours des luttes, sur leur capacité à perdurer en dehors de la lutte, sur les médias, sur la communication, sur l’extérieur… Discussions largement nourries par des réflexions sur le syndicalisme, sur les liens possibles avec des ouvrier.ères ou des travailleur.euses, et par les critiques faites sur le travail de militant.e.s type ONG.
En ce moment des travailleur.euses du Tricastin se sont mis en grève et la centrale menace de fermer. Comment donc profiter de ces moments de ruptures pour en faire des moments de rencontres ? On sait qu’un combat contre le système énergétique existant doit se nourrir de ces luttes aussi, de ces luttes de l’intérieur. Considérer les potentialités, les possibilités de rencontres, d’actions, les tranformer en perspectives. Que nos coups portés de l’intérieur et de l’extérieur fassent naître les mêmes fissures sur ces cornières, ces réacteurs…
Plus largement encore, ce soir se pose la question, des relations entre nos luttes, de leurs capacités à se renforcer les unes les autres…
Que de perspectives… Nous on est tou.te.s bien crevé.e.s et après un bon repas, on ne tarde pas à aller dormir.

 

http://www.bibliothequeantigone.org/

 

Lyon

Un petit local pas loin du centre de Lyon, on est bien content.e.s d’arriver. Que d’embrouilles sur la route. On a crevé. En démontant la roue, on se rend compte qu’on roulait sur le métal et que les deux pneus sont dans cet état. C’est donc le manège entre Grenoble et Lyon entre les garagistes, les casses, pour trouver des pneus de rechange. En comptant les galères pour arriver dans le centre de Lyon, on arrive finalement avec pas mal de retard à la soirée où tout le monde nous attend déjà.
Après une projection du film, la discussion s’engage. On en revient aux origines de la lutte antitht, aux questions sur les luttes juridiques, sur leur pertinence, leurs temporalités, ce qu’elles apportent, ce qu’elles freinent ou empêchent…
On parle aussi du TAV, de Décines, de la difficulté d’impliquer du monde dans ces luttes, de la quasi-impossibilité d’occuper l’espace dans une aussi grande ville que Lyon… De la dynamique ultra répressive qui règne en ce moment partout et tout particulièrement à Lyon (manif pendant le mouvement contre la réforme des retraites et manif No TAV en décembre 2012), des liens possibles entre villes et campagnes…
Un splendide buffet (un peu moutardé) est servi et on se régale de tartes à la fraise… La soirée se finit dans un petit parc au milieu des immeubles sur une grande table, entre quelques bouteilles de vin et de bières.

http://laluttine.free.fr/laluttine/

 

Chalon sur Saône

à venir

 

 

 

 

 

ZAD du Morvan

vlcsnap-2013-06-09-23h04m30s196.cleaned

Le bois du Tronçay

C’est une redoutable communauté de lutte que nous rencontrons à Sardy-lès-Epiry, en plein Morvan, c’est-à-dire dans un coin paumé de la Nièvre en Bourgogne, où l’entreprise luxembourgeoise Wood & Energy et son groupe Erscia veulent implanter une scierie industrielle et un co-incinérateur sur 110 hectares de forêt en zone humide.

Ici nous sommes en plein coeur de la lutte. Depuis 2009 déjà, des habitant.e.s informent la population qui croyait n’avoir à faire qu’à une scierie, alertant sur les futurs dégagements de dioxyne et la pollution des cours d’eau, ainsi que l’arnaque en vue échaffaudée par Erscia : la combustion de biomasse produira quasi autant d’électricité que l’usine a besoin pour fonctionner sauf que EDF leur achètera 3 fois plus qu’Erscia ne la paiera. Des personnes qui habitent les unes à côté des autres depuis des années sans vraiment se connaître, se rencontrent et créent des liens forts, de connivence, de  complicité, d’intérêts ou d’amitié.
Suite à un démarrage de coupe dans le bois du Tronçay en février 2013, une soixantaine de personnes réagit au quart de tour, défie les gendarmes mobiles qui tentent de les empêcher d’interrompre la sale besogne, alors même qu’un arrêté interdit l’intervention pour cause d’habitat naturel protégé. Le cercle de personnes mobilisées s’agrandit, des dijonnais.e.s rejoignent la lutte. Finalement, la coupe s’arrête là.
Après l’occupation d’un champ prêté par une paysanne, ils et elles décident d’investir le bois, propriété du Conseil général, construisent une cabane, une cuisine collective, assurent une permanence, se retrouvent pour échanger sur la lutte.

zad_bois_du_troncay_22-02-2013-1Le passage de l’infotour aura été l’occasion de partager des questions communes, comme celle des liens avec le reste de la population, celle de la légalité, de l’efficacité de l’action directe. Nous avons aussi pu partager notre envie de ne pas se laisser faire, de construire une force collective, de reprendre en main des décisions qui nous concernent face aux destructions du capitalisme.
Il est possible qu’Erscia rapplique en septembre pour tenter de continuer son travail de destruction. Mais ce projet a été visiblement très mal mené par les promoteurs, et il y a une grande probabilité pour qu’il ne se fasse pas. Être nombreux et nombreuses en septembre pour s’opposer physiquement à la coupe des arbres pourrait bien sonner le glas de ce projet absurde.

zad-morvan_logo2

Restez vigilant.e.s sur

http://zad-boisdutroncay.org

 

 

A bientôt pour la dernière semaine de l’infotour.