Use your widget sidebars in the admin Design tab to change this little blurb here. Add the text widget to the Blurb Sidebar!

Nuit noire 2.0, la Nouzbi qui déboulonne.

Posted: décembre 22nd, 2016 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, À la Grange de Montabot, Sous les lignes | No Comments »

nuitnoire

Bière brune déboulonnante à prix libre

Prix conseillé : 3€ la bouteille, une cornière de pylône ou son équivalent en boulons (16 à 20 pièces).

thtboulons

 

 

 


AVEYRON – 21 mars 2015 : Appel à manifestation contre le transfo et l’invasion des éoliennes industrielles

Posted: mars 9th, 2015 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Assemblée, Textes en français | No Comments »

Nos ami.e.s de l’Aveyron n/vous donnent rendez-vous à Saint-Affrique le 21 Mars 2015 à 15 h, pour affirmer tou.te.s ensemble que c’est aux habitant.e.s, et non à quelques promoteurs mafieux, de décider de l’avenir de leur territoire.

NON AU TRANSFO DE SAINT-VICTOR ET À SES CENTAINES D’ÉOLIENNES INDUSTRIELLES

-> http://douze.noblogs.org/post/2015/03/02/appel-a-la-manifestation-du-21-mars/

21 mars 2015  à Saint-Affrique :

15 h – RDV devant la poste

17h – Assemblée de lutte

20h30 – Projection du film « le vent de la révolte » (en présence du réalisateur Alessi dell’Umbria)

 

Affiche21mars

tract 21 mars-page001

 


AVEYRON, samedi 24 janvier 2015 – Inauguration de l’Amassada

Posted: janvier 20th, 2015 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Textes en français | No Comments »

Affiche A3-24def

L’Amassada est cette jolie cabane érigée sur les terres convoitées par RTE pour son méga-transformateur de St Victor et Melvieu, dans l’Aveyron. C’est un symbole de la détermination des habitants de Saint-Victor et de tout l’Aveyron à s’opposer aux projets mégalo de Zone Industrielle de l’Électricité (Plus d’info sur le transfo ici) .

Pour celles et ceux qui luttent là-bas,

L’amassada, comme premier chantier, comme première incarnation physique du mouvement de lutte contre le transformateur et les aérogénérateurs, n’est pas une manifestation symbolique. Elle constitue un rempart puissant, un obstacle de bois, de tôles, de chair et de rêves face à l’avancée de leur désert. Elle nous donne un toit pour nous assembler, pour nous organiser et pour avancer ensemble. Un abri pour les palabres, les repas, les stratégies et les chants. Un espace pour esquisser une vie bien différente de celle promise par RTE. Elle est notre affirmation commune : le transformateur ne se fera pas !

L’amassada est solidement ancrée dans cette terre et cette culture, mais ses fenêtres sont grandes ouvertes sur le monde. Elle est fille de la bergerie de la Blaquière sur le Larzac et sœur du potager collectif du Sabot de Notre-Dame-des-Landes ; elle est la complice des « presidio » italiens du Val Susa, ces cabanes construites par les opposants à la ligne TGV Lyon-Turin pour défendre leurs terres convoitées par la mafia des aménageurs. Nous avons avec nous ces habitants des territoires qui un peu partout résistent, nous avons avec nous les tracteurs, les tritons et les oiseaux, les dizaines de milliers d’opposants aux projets nuisibles. L’amassada se construit au sein d’un mouvement historique de protestation, capable de s’arroger des victoires et de redonner l’espérance. Ce sera un lieu de combat et de liberté, un lieu qui sera celui de tous, sans clés ni serrures. Il nous appartient maintenant d’imaginer ensemble comment et de quoi le peupler, quelle chaleur y installer pour que la marque de notre détermination y demeure indélébile, pour qu’il abrite, dans quelques années, les souvenirs de nos victoires !

Le 24 janvier : Lo cremalh de l’Amassada (la crémaillère, l’inauguration)

Est prévue une grande journée de discussion, de musique et de danse, co-organisée avec l’association Plateau Survolté, pour inaugurer l’Amassada. Le programme provisoire est le suivant, toutes les bonnes volontés et les idées sont les bienvenues pour enrichir cette journée.

L’après-midi sur le site :

14h00 : Inauguration officielle, discours, pot de la lutte et de l’amitié, coupure du ruban !

14h30 : Table ronde sur le transformateur et l’éolien industriel

16h30 : Table ronde sur les luttes contre les grands projets nuisibles (ZAD, NO TAV…)

Soirée à la salle des fêtes de Saint-Victor :

18h30 : Apéritif en musique

19h00 : Repas

21h00 : Bal traditionnel et occitan avec La Talvera

Possibilité d’arriver dès le matin : Un rendez-vous est fixé à 9h00 à la salle des fêtes de Saint-Victor. avec formation de différentes équipes pour finaliser la préparation (cuisine, espaces, fléchage, installation) avec un repas sorti du sac à partager le midi.

Le vendredi 23 janvier 2015, 14h  : Chantier de finition pour que l’Amassada soit fin prête pour son inauguration.


La carte d’accès au site

Infos et contacts : douze.noblogs.org / douze arobase riseup.net


L’AG antinucléaire du Grand t’Est lance la campagne BURE 365

Posted: juin 5th, 2014 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Textes en français | No Comments »

C’est parti !

Notre colère est plus grande que jamais !

Ce ne sont pas les deux années supplémentaires de délais administratifs annoncés par l’ANDRA qui vont nous calmer. Plus le temps passe, plus les échéances vers la demande d’autorisation de création se rapprochent : avec ou sans phase expérimentale, pour l’ANDRA, 2025 devrait toujours voir arriver les premiers colis de déchets !

Nous ne laisserons pas faire !

Depuis août 2013, au dernier Petit festival contre la grande poubelle nucléaire, s’est mise en place une Assemblée Grand T’Est, dans l’objectif de renforcer la mobilisation locale mais aussi de l’élargir en France et chez nos voisins européens.
Nous sommes gonflés à bloc car les dernières actions de boycott du débat public nous ont prouvé que la mobilisation pouvait faire vaciller le projet.
Année après année, jour après jour, le projet d’enfouissement en grande profondeur des déchets radioactifs maintenant appelé CIGEO accumule les questions sans réponse : c’est le projet le plus opaque, le plus risqué et le moins crédible du siècle !
Bure n’est pas un problème meusien ou haut-Marnais, il nous concerne tous aux quatre coins du pays, en Europe et au-delà.

Aujourd’hui, 1er Juin, nous, réunis à Bure, lançons un appel à la mobilisation générale partout en France et en Europe :

B365pochoir-720x1024

BURE 365 – ça commence fort et dès aujourd’hui !

Soyons les acteurs de l’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs, …, seuls ou à plusieurs, en l’annonçant ou pas, en le revendiquant ou pas, …
Mettons notre énergie inventive et nos moyens dans la bataille, …, en autonomie : tous les modes d’actions sont les bienvenus.

“Agir de manière décentralisée, dans des espaces inattendus, avec notre propre calendrier, là où leurs règles du jeu n’existent plus…”

Et toutes les actions sont répertoriiées sur la page dédiées du blog nocigeo.noblogs.org

Appel à action

Suite à plusieurs réunions de l’assemblée anti-nucléaire grand tEst, nous proposons de mener une campagne d’action d’une année intitulée « Bure 365 ». Les objectifs principaux sont de faire connaître la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactif (le projet CIGEO), le nucléaire et son monde et d’étendre cette lutte au niveau national et international.

L’enfouissement est présenté comme LA solution au problème des déchets, alors qu’il ne vise qu’au renouvellement du parc nucléaire français, ainsi qu’à l’exportation de ce modèle sur le marché mondial de la pseudo-gestion des déchets nucléaires… L’enfouissement, par son irréversibilité, c’est confisquer toute possibilité à la communauté humaine de demain de se saisir de ce problème.

Nous ne voulons pas proposer d’alternative à l’enfouissement tant que la production des déchets n’est pas stoppée définitivement ! Proposer une alternative reviendrait à travailler bénévolement pour les nucléocrates. Il n’en est évidemment pas question ! Nous savons qu’il n’existe actuellement aucune solution pour gérer les déchets nucléaires. Qui peut prétendre pouvoir gérer des déchets dont les radiations sont mortelles pour une durée égale à dix fois l’Histoire de l’humanité ?
La seule perspective souhaitable est l’arrêt du nucléaire et donc, de la production de déchets. Empêcher la réalisation du projet CIGEO, c’est empêcher l’Etat de “gérer” le problème des déchets radioactifs qui s’accumulent tous les jours, dans les cadres qui sont légalisés. Bloquer CIGEO c’est désamorcer la machine atomique et forcer l’arrêt du nucléaire en France.

Notre objectif est que, partout, des groupes s’emparent de cet appel et organisent le plus d’actions possibles pendant un an. L’idée est d’agir de manière décentralisée, dans des espaces inattendus, avec notre propre calendrier, là où leurs règles du jeu n’existent plus.
Cette campagne est solidaire de tout type d’actions, basée sur la complémentarité des pratiques : désobéissance civile, actions publiques, actions directes, actions juridiques… La seule limite est de ne pas atteindre à l’intégrité physique des personnes.

Notre lutte n’est pas réversible ! CIGEO va se faire enfouir !

C’est parti !

BURE-DefaiteANDRA.cleaned

 

  • Chalon en Champagne, dès le 18 mai pour être sûrEs d’arriver à Bure le 1er juin : Le Train tchoo.cleaned-300x224TOUVABIENSURTOUNEVOUZINQUIETETROPAS, ou Bure Express, “premier” convoi de déchets hautement radioactifs à destination du site d’enfouissement de Bure, a pris les rails. Destination finale : “Mesdames et messieurs, nous sommes arrivés en gare de Bure, Bure, 4,5 milliards d’années d’arrêt. Avant de descendre, veillez à ne pas avoir oublié vos déchets dans le train.” [ Communique Bure’gence Info complet, et même en entier sans dérailler]
  • Bure, dans la nuit du 1er juin : Jeu “Panik ton flic”, Ballades nocturnes et feux d’artifices sur les territoires que l’ANDRA veux condamner…
  • Bure, 1er juin : Lancement de la campagne BURE365. Marche décorative de Bure2014juin1erBure au laboratoire, diffusion des communiqués BURE365 par la radio pirate “RadioActive”, prises de paroles, réaffirmation de notre mépris matérialisé par le dépot d’un bon paquet d’odorantes dejections devant les grilles, concours de lancers d’oeufs colorés et fruits pourris sur ces mêmes grilles. (résultat mitigé… la gendarmerie s’étant placée sur la trajectoire…), ballad’active autour du laboratoire…
  • Paris, 2 juin 2014 : les employés de la Société Française d’Énergie Nucléaire (SFEN) ont eu la surprise de découvrir la façade de leurs bureaux au 5 rue SFENlogoMorillons (Paris 15e) rehaussée de peinture vive revendiquant le début de la campagne d’action « Bure 365 » [… ]. L’enfouissement, par son caractère irréversible, revient à confisquer toute possibilité àSFENpochoircestparti la communauté humaine de demain de se saisir de ce problème. Qui peut prétendre pouvoir gérer des déchets dont les radiations sont mortelles pour une durée égale à dix fois l’Histoire de l’humanité ? [communiqué complet sur paris.lutte.infos].
  • Rennes, dans la nuit du 1er juin :  Rébus AuMuristique du centre technique d’EDF au local du PS – Si le centre d’enfouissement de Bure reste inconnu du grand public, la gestion des déchets nucléaires impacte l’ensemble de la population. Aussi, dans plusieurs villes en France, s’organisent des actions contre le nucléaire et son monde : EDF, AREVA, l’Etat, le Parti Socialiste et toute la clique dirigeante pro-nucléaire. C’est pourquoi, cette nuit à Rennes, le centre régional EDF, la boutique EDF, la préfecture de région et le local du Parti Socialiste ont été la cible de notre colère. [Communiqué de Riri, Fifi et pas Loulou qu’avait piscine]murs.Rennes
  • Toulouse, 2 juin : C’est sur le site « Montaudran Aerospace » que nous entamons, à notre manière et avec ferveur, cette campagne « Bure 365 » contre le système technologique en général et plus particulièrement contre le projet CIGEO : usine d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure. toulouse1.cleanedNous avons recouvert de nos slogans leur propagande pour le « progrès technologique ». toulouse2.cleanedC’est peu de choses certes, mais en l’absence de traces visibles d’opposition à la conception mécaniste du monde, le système semblerait n’être jamais attaqué. En réalité, il se heurte à une résistance farouche tous les jours. [Communiqué Toulouse, Lancement de la campagne « BURE 365] »
  • Toulouse, 3 juin : C’est sur le site de « ERDF » que la ferveur se transmet.ERDF-Toulouse

 

Envoyez vos communiqués et actions sur la boîte mail nocigeo(at)riseup(.)net, ils seront relayés directement sur nocigeo.noblogs.org

 


AG du Grand T’Est – 29mai/1er juin 2014 à Bure

Posted: mai 18th, 2014 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Assemblée, Textes en français | No Comments »

texte-AG-29-05-14.cleaned.cleaned
Depuis plus d’un an, la mobilisation s’intensifie contre le projet d’enfouissement des déchets hautement et moyennement radioactifs à longue durée de vie (projet Cigéo) à Bure. Après les mises en échec des débats publics en 2013, les Assemblées Générales Grand t’Est ont permis de maintenir et d’accentuer ce mouvement de lutte, en réunissant des individus de partout en France et des opposants qui vivent ici la lutte depuis bientôt 20 ans, donnant ainsi de nouvelles perspectives au mouvement.

L’assemblée se veut un espace d’organisation collective au fonctionnement horizontal, basée sur la complémentarité des approches et sur la volonté de reprendre nos affaires en main par le partage des infos et par la construction d’un commun dans la lutte. L’assemblée n’a pas de voix unique: nous sommes une multitude de groupes et d’individus opposés à Cigéo et son monde, avec des idées communes mais aussi beaucoup de différences.

Contre Cigéo et son monde. La lutte contre Bure dépasse de fait le cadre local, en nourrissant une critique globale d’un système industriel énergivore qui nous impose à coup de béton et de bâtons la poursuite du nucléaire comme la généralisation des productions énergétiques de masse centralisées (méga-projet éolien en sud aveyron, gaz de shiste et de houille, bois-biomasse à Gardanne, au Morvan etc…), au dépend de nos territoires de vie et des décisions qui nous appartiennent. L’aménagement de la région de Bure est en cela le gage de la continuité du programme nucléaire, de part son site d’enfouissement – chaînon manquant de la filière nucléaire – mais aussi de part l’implantation d’annexes de transport, de stockage de pièces pour centrales, de recherches etc…

Quatre assemblées ont déjà eu lieu. Elles ont permis de mettre en place divers ateliers, avec entre autres le lancement d’un info-tour – avec des dates déjà passées et de nombreuses autres programmées -, et la préparation d’une campagne d’action « BURE 365 » lancée lors de cette future AG!

Aujourd’hui, les promoteur-rice-s du projet proposent un léger report de la date de début de chantier et “un essai à l’echelle 1 / phase pilote”. Il ne faut y voir rien de plus qu’une adaptation de leurs discours à ce qui pourrait être socialement “acceptable”, puisque l’échéance finale du projet est inchangée et la phase pilote – déjà programmée auparavant -, ouvre ni plus ni moins la porte aux premiers déchets.

Pendant ce temps, la pieuvre nucléaire continue d’étendre ses tentacules autour de Bure. Depuis peu, un autre Grand Projet Inutile du CEA, le projet Syndièse, a pris forme sur les communes de Saudron et de Bure. Selon le CEA, le projet Syndièse vise à “initier, au niveau national et international, une option industrielle de production de biocarburant de 2ème génération “. Concrètement, ce projet promet d’exploiter 75 000 tonnes de bois/an – via des processus chimiques complexes, eux-même coûteux en énergie – à commencer par les 200 hectares de bois qui doivent être rasés sur le site de Cigeo.

Dans ce contexte, il est toujours plus urgent d’amplifier la lutte contre CIGEO.

Une nouvelle Assemblée Générale Grant’Est est programmée entre les 29 et 31 mai prochains. Elle sera l’occasion du lancement de la campagne d’actions “Bure 365”.

RDV à 10h jeudi 29 mai à la Maison de Bure

Programme: Ateliers, plénières et balades dans le pays de Bure, le tout dans une ambiance conviviale!
Accueil et couchage : Maison de Bure
Cantine végétarienne / végan à prix libre: Si possible, merci de nous informer de votre présence pour prévoir les quantités des repas en fonction!

Contact: nocigeo@riseup.net / Site web: nocigeo.noblogs.org

CIGEO VA SE FAIRE ENFOUIR !


Campagne contre le fichage ADN

Posted: novembre 24th, 2013 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Antirep, Textes en français | No Comments »

De nouveaux procès pour refus de prélèvement ADN vont avoir lieu dans les semaines à venir. Pour n’en citer que quelques uns :

  • 25 novembre 2013, procès en appel à Caen d’une militante antinucléaire suite aux actions de Valognes.

  • 3 décembre 2013, procès en appel à Rennes d’un militant contre l’aéroport de NDDL et son monde pour deux refus d’ADN.

  • 14 janvier 2014, procès à Mont de Marsan d’un militant antimilitariste poursuivi pour la troisième fois dans le cadre de son refus du prélèvement d’ADN.

  • 24 janvier 2014, trois procès à Laval pour refus de fichage dont le refus de prélèvement ADN, de militants antiTHT et antinucléaires.

  • 14 avril 2014 au Mans, procès au Mans d’une militante antiTHT et antinucléaire.

    Tous ces procès sont liés à des actions collectives. Ils et elle sont des personnes de plus dans la longue liste des opposant-es au fichage, inquiété-e-s pour avoir refusé la prise de leur ADN.

 contre_fichage_adn

À ce jour, plus de 2 millions de personnes en ont fait l’objet, en France, d’un prélèvement ADN durant leur garde à vue ou leur détention même pour des faits bénins. Le Fichier des empreintes génétiques (FNAEG) permet actuellement de collecter des infor­mations personnelles sur 30 000 nouvelles personnes par mois.

Les procès intentés à des militant-e-s aujourd’hui ne sont que la face visible de l’iceberg de la répression, puisque le fichage ADN est devenu quasi-systématique lors des gardes à vue. De plus, il arrive que les personnes se fasse prendre leur ADN à leur insu ou sous la menace, sans que les policiers les informent des possibilités de refus.

Si le prélèvement suppose en principe l’accord du mis cause, de fait, refuser représente aussi un délit permanent et la personne qui refuse peut se voir harcelée indéfiniment par la justice. Le prélèvement concerne aujourd’hui toute personne simplement soupçonnée d’à peu près n’importe quel délit. En clair, l’existence du FNAEG revient à une volonté de fichage généralisé et systématique de toute la population, il entre dans la logique de contrôle social et d’inflation sécuritaire qui envahit de plus en plus nos sociétés. l’ADN est de fait un outil effroyablement puissant pour surveiller les individus, avec la conservation des données pendant 40 ans.

Comme la vidéosurveillance, la biométrie, les fichiers divers, le fichage ADN s’inscrit dans une logique globale de contrôle des populations considérées « dangereuses » par le pouvoir (jeunes des banlieues pauvres, étudiant-e-s et lycéen-ne-s « agité-e-s », chômeurs/euses, sans-papiers, militant-e-s, squatteur/euses, grévistes, etc.). Cette logique de contrôle et de fichage de la population contient intrinsèquement les germes d’une société totalitaire et compromet un peu plus notre aptitude à nous organiser pour un changement social.

C’est parce que nous sommes tous et toutes en butte à la répression que des collectifs* appellent à se solidariser avec les réfractaires au fichage par une semaine d’information et d’actions contre le fichage ADN du 25 novembre au 1er décembre.

REFUSONS LE FICHAGE ADN

ABOLITION DU FNAEG

RELAXE POUR TOUS ET TOUTES

Lundi 25 novembre 2013, 13h devant la Cour d’appel de Caen – place Gambetta : rassemblement de solidarité avec deux prévenu-e-s de Valognes dont une est concernée par le refus d’ADN.

afficheADN44Samedi 30 novembre 2013, 15h, place du Bouffay à Nantes : Manif « refusons le fichage ADN ».

lundi 2 décembre 2013, 20h, 3 rue de Bitche à Nantes, réunion publique avec Jérome Thorel, auteur de « Attentifs ensemble ou l’injonction au bonheur sécuritaire ».

Mardi 3 décembre 2013, 14h, devant la cour d’appel de Rennes – place du Parlement de Bretagne : Solidarité  avec le copain en procès pour refuS de prélèvement ADN.

* Signataires (au 20/11/2013) : CARILA (Comité Anti-Répression Issu de la Lutte Anti-Aéroport), NATCHAV (émission contre tous les enfermements sur Alternantes), CNCA (Comité Nantais Contre l’Aéroport), Assemblée antinucléaire et antiTHT, CLAP 33 (Collectif de Lutte contre les Abus Policiers 33), OPA (Orchestre Poétique d’Avant guerre), Témoins (Caisse de solidarité lyonnaise).


La politique du geste, anonymat et ubiquité*

Posted: novembre 9th, 2013 | Author: | Filed under: Actions décentralisées, Sous les lignes, Textes en français | No Comments »

* Ubiquité :
   ­ Le fait d’être présent partout à la fois ou en plusieurs
lieux en même temps.
 ­ En informatique, le terme ubiquitaire désigne un
environnement dans lequel les ordinateurs et réseaux sont
« enfouis », « intégrés » et « omniprésents » dans le
monde réel. L’utilisateur a accès à un ensemble de
services au travers d’interfaces distribuées se voulant
intelligentes, dont il est entouré. Ces interfaces s’appuient
sur des technologies intégrées dans les objets familiers.
En sociologie, l’ubiquité du pouvoir se définit ainsi :
  Le  pouvoir est partout, ce n’est pas qu’il
englobe tout, c’est qu’il vient de partout. Le
pouvoir ce n’est pas une institution, ce n’est pas une
structure et ce n’est pas une certaine puissance dont
certains seraient dotés, c’est le nom qu’on prête à une
situation stratégique complexe, dans une situation
donnée. » (Michel Foucault)
 ­ En mathématiques, l’ubiquité est une propriété
caractéristique des formes fractales.

Nous avons eu écho d’actions de sabotage (déboulonnage des pylônes en solidarité avec les victimes du nucléaire, qu’il soit civil ou militaire) dans le sud-est de la France ainsi que sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. En Mayenne, 3 pieds d’un pylône THT ont été entièrement déboulonnés (sans chute). Une locomotive d’AREVA a déraillé à Bessines au nord de Limoges. A Nantes, des tags anti-THT tout frais ont été posés sur les murs de la nécropôle. En Normandie, un isolateur de la ligne THT Cotentin-Maine a chuté, la réunion des nucléocrates de « nucleopolis » a été perturbée. C’est donc avec plaisir que nous accueillons ces nouvelles ! Partout, nous avons lutté, nous luttons et nous lutterons. Trop souvent des blessé-e-s, des procès, des amendes, des prisonnier-e-s… À tou-te-s les camarades qui ont pris acte, nous disons MERCI et RESPECT !

Voici l’un des communiqués :
« Parce que leur nucléaire n’est pas plus sûr qu’il n’est transparent, nous déboulonnons et nous déboulonnerons les pylônes THT. Par solidarité avec les victimes civiles et militaires de la dictature nucléaire. Assez de catastrophes qui nous affectent tous : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Three Miles Island, Fukushima… Halte aux rejets radioactifs quotidiens passés sous silence, halte aux crimes. Rapport des renseignements généraux adressé à EDF en 1983 : ‘La situation risque d’être grave, car si l’on peut protéger les centrales nucléaires par des barbelés et des pelotons de CRS, ce n’est pas le cas des pylônes.’ »

Les actions contre les pylônes se généralisent sur l’ensemble du territoire : Nord-Ouest, Nord-Est, ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Sud-Ouest, Sud-Est… C’est une victoire ! Nous sommes solidaires de ce genre d’actes et nous ne pouvons que les encourager. Et ce, jusqu’à ce que cette pratique se popularise complètement. Nous avons recueilli les propos de Catherine Grével Dinger, directrice régionale RTE sud-est sur France Bleu le 7 août 2013, par rapport aux déboulonnages du sud-est :

« Ça peut fragiliser les pylônes donc il y a un risque de chute. Il peut y avoir aussi des risques de chute de câbles ou du moins de conducteurs qui s’approchent fortement du sol. Il peut y avoir des risques d’incendie ou de sécurité des personnes. Pour vous donner un ordre d’idée, dans le seul Vaucluse, il y a plus de 300 pylônes THT et chaque pylône a entre 600 et 900 boulons. Donc nous avons mobilisé nos équipes pour procéder à ce contrôle visuel et nous sommes en liaison avec les préfectures pour voir l’évolution de la situation. »

Une chute ! Une chute ! Une chute !…

Laisser entendre qu’il serait possible en enlevant quelques boulons, de faire tomber un pylône qui en comporte de 600 à 900, et taxer ces pratiques de terrorisme, c’est un pas que les autorités font volontiers pour créer l’écart entre les dangereux activistes et les raisonnables citoyen-ne-s.

Il semble que la lutte anti-nucléaire et anti-centrale soit à un tournant.

Si nous agissons à certains moments de manière anonyme, c’est pour ne pas avoir à subir les lourdes peines encourues par nos actes (amendes, prison…), c’est pour ne pas avoir à participer aux pièces de théâtre (gratuites) que la justice de classe met en scène, c’est pour ne pas avoir à payer cher une défense. Enfin, si nous agissons de manière anonyme, c’est aussi pour signifier que tout le monde peut faire ce genre d’action. Il n’y a pas besoin de faire partie de l’élite activiste d’une organisation institutionnelle pour se permettre ce genre de chose. Les actes parlent d’eux-mêmes, leur associer une figure médiatique, c’est se détourner du fond du problème !

Les “organisations déclarées” agissent, par leur structure même, dans un cadre qui se doit se respecter les règles de l’ordre établi. Pour tenter de répondre à ces limites, et étendre le(s) champ(s) d’action, faire le choix de l’anonymat et de l’ubiquité, c’est aller vers le prolongement du discours aux actes.

Nous aimerions que les associations et réseaux qui luttent contre le nucléaire cessent de nous stigmatiser ou de nous criminaliser dans leurs communiqués officiels, faisant ainsi le jeu des dominants qui distinguent stratégiquement une soi-disante « branche radicale » d’une résistance qui a toujours été faite de diversités. Nous aimerions qu’il-les affichent publiquement leur solidarité comme il-les le manifestent officieusement à titre individuel.

Nous construisons d’ores et déjà des bases en dehors de toute existence institutionnelle. Nous piratons le réseau et mieux encore, nous nous coupons de lui. Nous construisons notre autonomie énergétique.

La peur change de camp ; un simple appel à blocage d’un convoi de MOX en direction de Fukushima mobilise 1000 gendarmes et militaires dans le Cotentin… Briquebec Stop MOX, un poisson d’avril à faire se dresser les poils des nucléocrates répugnant-e-s 1

Tous les débats publics (physiques) sur CIGEO (projet présenté comme LA solution aux déchets nucléaires : l’enfouissement à 400 mètres de profondeur sur 1600 hectares dans la Meuse près de Bure) ont été bloqués. Merci à celles et ceux qui se sont organisé-e-s et déplacé-e-s pour rendre ces blocages effectifs.2 C’est une victoire et nous nous en félicitons ! Nous pensons que l’heure n’est plus seulement aux actions de sensibilisation, nous pensons qu’il n’y a pas besoin d’être un expert pour analyser, comprendre et ressentir que le nucléaire civil et militaire sont des abominations aux caractères irresponsables et anti-démocratiques. Ne laissons donc pas ces questions entre les seules mains des experts.

« Un expert, c’est quelqu’un qui en sait beaucoup sur très peu. » Anonyme

Nous sommes à l’heure :

où la Terre est déjà contaminée par les radiations des déchets, des catastrophes nucléaires, des essais nucléaires militaires !

de la construction du marché européen de l’énergie : production, transport, distribution, fourniture, déchets nucléaires… Un marché de l’énergie juteux pour les entreprises et les gouvernants qui le pilotent et en profitent.

où les débats publics de CIGEO ne se passent plus que sur internet sur le site de la CNDP.

où la forme des camp-actions et des chaînes humaines semble montrer ses limites.

Nous sommes à l’aube du renouvellement et du maintien du parc nucléaire français, quand Tricastin fuit…

Nous sommes à l’heure de « l’intégration au réseau énergétique des centrales à énergie verte » : entre autres grands parcs éoliens ou photovoltaïques industriels, dont la production imprévisible imposeraient d’ajouter « une couche d’intelligence » au réseau. Dans un réseau énergétique où la production électrique doit être exactement équivalente à la consommation, sous peine de black-out, l’inconstance des éléments naturels représente un sérieux danger pour les fondements du système, mais également une opportunité de regain de contrôle sur les usages et usagers.

Nous sommes à l’heure où les technocrates parlent eux aussi de décentralisation et de centrales virtuelles pilotées pour intégrer les petits producteurs d’électricité, afin de mieux les contrôler et les brimer en les rendant dépendant d’un réseau dit intelligent. C’est le projet SMART GRID ou encore “internet de l’énergie”… 8 projets pilotes en france (Projet VENTEEA, Projet Postes intelligents, Projet So Grid à Toulouse, Projet POST, Projet TBH Alliance, Projet Smart Electric Lyon, Projet MIETeC et le Projet Smart Grid Vendée) avant la généralisation à l’ensemble du territoire européen.

Nous sommes à l’heure du remplacement des anciens compteurs bleus par les compteurs Linky : compteurs contenant une puce capable de transmettre et de recevoir des informations sans contact (SMART), compteurs indispensables à la construction du « réseau intelligent ».

A ce sujet, nous pouvions lire dans un communiqué sur zad.nadir.org :
Mardi 9 juillet 2013, Jean-Marc Ayrault a annoncé le remplacement de tous les compteurs électriques par des compteurs « intelligents » Linky, équipés d’une puce RFID. 3 millions de compteurs installés par ERDF d’ici à 2016 et tous les logements en seront équipés d’ici 2020…
Cet « internet de l’énergie » est conçu pour collecter, transmettre et interpréter automatiquement les informations relatives à notre consommation électrique.
Ce ne sera pas à la production de répondre à notre consommation mais notre consommation qui s’adaptera à la quantité de kilowatts/heure produits et circulant dans le réseau. À distance, des machines décideront quand se mettront en marche les radiateurs et/ou autres appareils électroménagers, et par là même le montant de la facture.
Ces compteurs marqueront l’entrée officielle des puces de contrôle à l’intérieur des habitats. Une grande porte s’ouvre au contrôle des foyers ! Pour votre sécurité !

Nous sommes de celles et ceux qui agissent.

Nos objectifs :

Arrêter la production de déchets nucléaires, donc mettre un maximum de bâtons dans les roues de la machine technico-nucléaire. Faire en sorte que la maintenance de leurs infrastructures devienne ingérable afin de montrer que nous sommes vivant-e-s, imprévisibles et à fleur de peau. Enjeu important dans une société automatique où le vivant est perçu comme un « facteur de perturbation », qui risque de faire “bugger” un système incapable d’interpréter cette donnée. En finir avec la logique de centralisation de la production d’énergie, même « renouvelable » ! Celle-ci nous maintient dans une situation de dépendance à des firmes et des institutions dont nous ne cautionnons ni l’existence, ni les pouvoirs. Créer des luttes ancrées dans des territoires grâce à des occupations (comme au Chefresne, sur la ZAD de Notre-Dame des-Landes, dans le Val de Suze en Italie, dans la ceinture verte d’Avignon, dans le bois du Tronçay dans le Morvan, etc) car nous pensons qu’elles favorisent la vie quotidienne des luttes, les rencontres, les échanges de savoirs et donc l’organisation d’actions. Elles permettent aussi d’instaurer les rapports de force nécessaires. Elles proposent directement d’autres modes de vie : notamment le refus de l’exploitation salariale et la critique des rapports de domination entre individu-e-s…

Nos moyens d’actions :

– Réaliser des actions contre EDF, RTE, AREVA, CIGEO, et tous les acteurs du nucléaire et de l’internet de l’énergie…
– Bloquer leurs chantiers, y compris ceux de leurs nombreux sous-traitants : Cegelec, Spie, Cofely GDF-Suez…
– Saboter les machines et les infrastructures.
– Continuer les sabotages de pylônes, pour laisser des cadeaux surprises à RTE.
– Empêcher les réunions de nucléo-technocrates, comme Nucléopolis au Pieux (50) ou Radon et société à Paris (75).
– Bloquer les transports de matières premières et de déchets nucléaires, notamment entre la Hague et les centrales, et à destination de l’Allemagne et des Pays-Bas.
– Refuser l’installation des compteurs Linky en s’organisant par quartier, par immeuble.
– Empêcher la réalisation du Projet VENTEEA, du Projet Postes intelligents, du Projet So Grid à Toulouse, du Projet POST, du Projet TBH Alliance, du Projet Smart Electric Lyon, du Projet MIETeC et du Projet Smart Grid Vendée.
– Acquérir des savoirs-faire, viser l’autonomie énergétique : produire nous-mêmes l’électricité dont nous avons besoin, se couper du réseau, apprendre à couper le jus comme des technicien-ne-s (ou pas)…
– Inventer, Imaginer, Proposer, Partager !!!

Nous soutenons et nous soutiendrons toutes les actions qui iront dans ce sens.

Des anonymes

1 Lu sur briquebecstopmox.noblogs.org
2 burestop.free.fr/spip/spip.php?article554

La politique du geste, anonymat et ubiquité en version pdf à télécharger pour impression


Pourquoi faire sa fête à Edf, à Rouen et ailleurs

Posted: octobre 27th, 2013 | Author: | Filed under: Actions décentralisées | No Comments »

Les rouennais et rouennaises auront de la lecture tout le week-end sur les vitrines du local commercial d’Edf rue Grand Pont. Histoire de mettre le doigt sur ce qui se trame à Bure, petit village de Lorraine, condamné par les technocrates à recevoir d’ici quelques mois et pour des millions d’années des déchets radioactifs.

IMG_01.cleaned

 

IMG_03.cleaned

De quoi raviver les mémoires quant aux fréquents passages des trains de matières nucléaires dans la gare de Sotteville-lès-Rouen, particulièrement les trains Castor, ceux-là même qui transporteraient les « colis » contaminés de la Hague jusque Bure à partir de 2025.

Ce ne sont pas les kilomètres qui nous feront oublier que l’industrie nucléaire et ses méfaits sont présents partout, le long des lignes, ferroviaires et à Très Haute Tension (THT), autour de ses centrales atomiques, et de ses centres de stockage. Collages, déboulonnages, manifestations, et autres agissements créatifs, tout est bon pour perturber cette industrie tentaculaire qui nous empoisonne !

des rouennais et rouennaises collantes
samedi 26 octobre 2013

 

IMG_02.cleaned

Fichier pdf du tract à la devanture d’EDF (pas de raison que seuls les rouennais-es en profitent)